ÉTATS-UNIS : DONALD TRUMP PROPOSE UN MUR EN ACIER POUR SORTIR DU “SHUTDOWN”

Le président américain Donald Trump est intransigeant et reste déterminé plus que jamais à mener à bien sa promesse de campagne sur la construction d’un mur le long de la frontière mexicaine. Cependant, cette décision est loin de faire l’unanimité au sein du congrès américain. Dans l’attente d’un accord, les États-Unis vivent un véritable shutdown.

“SHUT-DOWN” : LES USA À L’ARRÊT

La situation aux États-Unis est particulièrement tendue depuis quelques semaines. En effet, démocrates et républicains sont incapables de se mettre d’accord sur le budget américain pour l’année 2019. Le point central de ces discussions est la construction du mur sur la frontière avec le Mexique, voulue par Donald Trump. Fermement opposés à l’édification de ce mur, les démocrates considèrent ce projet comme “immoral”, extrêmement coûteux et “inefficace”.

Les conséquences de l’absence d’un accord sur la loi budgétaire commencent à se faire sentir au pays de l’Oncle Sam. Le pays doit faire face à une paralysie partielle de la société américaine, certains services publics sont dans l’incapacité de fonctionner, à l’image de certains musées ou encore des collectes des ordures au sein des parcs nationaux. De ce fait, près de 800 000 fonctionnaires ne peuvent plus travailler et sont dans l’attente d’un dénouement dans les négociations budgétaires, afin de reprendre le plus rapidement possible leurs activités.

UN PRÉSIDENT QUI CAMPE SUR SES POSITIONS

Donald Trump ne semble définitivement pas prêt à changer d’avis : “Nous devons construire ce mur, la sécurité de notre pays est la priorité, c’est notre identité qui est en jeu” a indiqué le milliardaire lors d’une rencontre avec des journalistes à la Maison Blanche. Les deux partis politiques peinent à trouver un terrain d’entente et chacun se renvoie la balle pour désigner le responsable de ce blocage.

Au-delà de la moralité du projet, c’est surtout le problème financier qui pose problème. En effet, le président demande une enveloppe astronomique de 5 milliards d’euros pour mettre en oeuvre la réalisation de ce mur, afin de lutter contre l’immigration clandestine. Bien qu’en majorité à la chambre des députés, le Parti républicain ne peut approuver le projet sans l’accord de certains démocrates. Les lois budgétaires doivent, en effet, recueillir au moins 60 % des voix pour pouvoir être adoptées.

UN MUR D’ACIER À LA FRONTIÈRE MEXICAINE ?

Pour faire avancer le débat avec ses adversaires politiques, le président Trump s’est dit prêt à faire une “concession” en proposant d’édifier un mur en acier au lieu de béton, comme il en était initialement question. Il vante d’ailleurs cette nouvelle option comme une “bonne solution”, “plus solide” et “moins obstructif”, en rajoutant que celui-ci sera intégralement fabriqué aux USA. Le président des États-Unis avait d’ailleurs déjà évoqué cette solution il y a quelques années, en souhaitant “un mur avec des barres d’acier conçues de manière artistique” pour permettre de voir à travers.

Bien qu’affirmant rester “ouvert au débat” et déterminé à “trouver un compromis”, le Parti démocrate ne semble pas encore prêt à changer d’avis. La sénatrice U.S. Susan Collins a d’ailleurs décrit le débat sur la nouvelle proposition de Trump comme “étrange”. D’autant plus que le gouvernement fédéral a déjà procédé à la construction de prototypes en béton près de la frontière à San Diego, engendrant des dépenses de plusieurs millions de dollars.

Les événements actuels ne sont d’ailleurs pas sans rappeler le “shutdown” ayant eu lieu entre 1995 et 1996, sous l’administration Clinton, et ayant conduit le pays à l’arrêt pendant 21 jours. Qu’adviendra-t-il si la situation ne se débloque pas ? Donald Trump a d’ores et déjà menacé de déclarer officiellement la situation d’état d’urgence, ce lui permettrait ainsi de valider le projet sans passer par l’accord du congrès américain.